capture-d-ecran-2016-11-05-a-134602

Et si le complément de curcuma ne fonctionne pas ?

Chaque semaine la presse parle du curcuma, ou plutôt de ses possibles  effets bénéfiques sur la santé. Pendant que de nombreuses personnes prennent un complément alimentaire de curcuma, persuadées que celui-ci leur apporte de nombreux bénéfices. Pourtant la manière dont le curcuma est utilisé le rend souvent totalement inefficace. 

Cela fait environ 6 ans que les compléments alimentaires du curcuma s’arrachent comme des petits pains. Et si on en croit la plupart des sites internet, cette épice pourrait bloquer la prolifération des cellules cancéreuses, guérir l’arthrose, la sclérose en plaques, les maladies cardiaques, les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ou encore les maladies inflammatoires de l’intestin comme la rectocolite hémorragique. Et lorsqu’on cherche des études scientifiques sur la curcumine dans une base de données de la littérature médicale, on constate que de nombreuses études semblent soutenir ces affirmations. 

Pourtant, combien de personnes annoncent leurs guérisons ? Manipulation marketing ? 

    •    Premier problème : l’analyse de différents compléments alimentaires de curcumine a révélé qu’une bonne partie d’entre eux sont mis au point avec du curcuma de premier prix qui ne contient que très peu de curcumine, donc très peu de substance active.

    •    Deuxième problème : les études scientifiques dans lesquelles les chercheurs annoncent des vertus du curcuma face aux cancers ou aux maladies chroniques ne sont pas issues de recherches sur des malades, mais plutôt d’études in vitro, sur des cellules, en laboratoire : on applique directement la curcumine sur les cellules ou on l’injecte à des animaux.

    •    Troisième problème : la curcumine est très mal absorbée par le tube digestif ; lorsque des chercheurs ont donné différentes doses de curcuma sous forme d’un complément alimentaire très populaire et réputé d’excellente qualité à des volontaires, ils n’ont observé aucun passage de la curcumine dans le sang tant que les doses étaient inférieures à 10 000 mg, ce qui correspond à 10 comprimés du produit avalés en une seule fois . Et en avalant 10 ou 12 comprimés, seules 2 personnes sur 24 ont vu leurs niveaux de curcumine sanguins augmenter, mais à des valeurs très faibles.

Voilà finalement pourquoi le curcuma ne tient pas toutes ses promesses : que ce soit en complément alimentaire ou en cuisine : il ne passe presque pas dans le sang et ne peut donc pas avoir tous les bénéfices qu’on lui attribue, car ces derniers sont issus d’expériences en laboratoire où les conditions sont très différentes de la vie réelle !

On trouve heureusement sur le marché des compléments alimentaires de curcumine mélangée à du poivre noir. En effet, une étude a montré que l’ajout de 20 mg de piperine (un extrait du poivre noir) à 2 000 mg de curcumine multipliait par 20 l’absorption de la curcumine ! Sauf que les fabricants ne mettent jamais plus de 5 mg de piperine pour 1 000 mg de curcuma, soit deux fois moins que la dose efficace dans les études scientifiques.

Le curcuma est une substance soluble dans les graisses, mais aussi soluble dans l’eau. Deux techniques ont donc été mises au point pour augmenter son absorption : des nanoémulsions de curcuma, pour augmenter fortement sa solubilité dans l’eau et donc son absorption au niveau de l’intestin et des phospholipides de curcuma, pour augmenter fortement sa solubilité dans les graisses, dans le même objectif.

Comparativement à du curcuma simple, l’absorption de la curcumine est multiplée par 10 environ. Autre avantage de cette formulation : alors que le curcuma classique disparaît rapidement de la circulation sanguine, les nanoparticules ont une demie-vie de 13 heures environ, ce qui signifie que la prise d’une gélule trois fois par jour est suffisant pour maintenir des niveaux élevés de curcumine dans le sang, capables d’avoir un véritable impact sur la santé, et en particulier sur l’inflammation. 

La deuxième formulation, les phospholipides de curcuma, aussi appelés phytosomes de curcuma, est capable de multiplier l’absorption du curcuma par 29.